Usages & Appropriations

Parler des usages des réseaux sociaux plutôt que de leur utilisation n’est pas fortuit. Cela permet « d’insister sur le fait que le rapport des personnes avec les outils techniques ne peut être réduit à la mise en oeuvre des fonctions prévues par les concepteurs » (Cardon, 2005) et mettre l’accent sur la notion d’appropriation des technologies.

Cet axe de recherche s’intéresse aux usages qui d’une part dérivent des dispositifs socionumériques mais qui d’autre part transforment ces dispositifs (Akrich, 1990, 1998 ; Chambat, 1994 ; Jouët, 1993, 2000 ; Proulx, 2005). Pour évaluer les usages, il est indispensable d’effectuer un retour sur les acteurs, ce qui rend cette approche originale en ce sens qu’habituellement le regard porté sur les éventuelles transformations se centre sur les outils. Nous inversons la focale en observant les réactions d’adaptations et d’ajustements aux médias socionumériques par un retour sur les logiques des acteurs et le quotidien de leurs pratiques de travail. A ce titre, il s’agit de comprendre ce que les individus font des outils, ce qu’ils font aux outils et ce que les outils font aux individus, et ce dans un cadre professionnel.

Recherches en cours:

  • Usages des dispositifs de réseaux socionumériques par des parlementaires européens: quelle innovation de la communication politique?
  • Usages des dispositifs de réseaux socionumériques dans des ONG : innovation des pratiques professionnelles et des modalités d’énonciation des organisations